• Réhabilitation Ecuries de Versailles - Aile de Sceaux - Observatoire BBC
    Agence Pierre BORTOLUSSI
  • Réhabilitation Ecuries de Versailles - Aile de Sceaux - Observatoire BBC
    Agence Pierre BORTOLUSSI
  • Réhabilitation Ecuries de Versailles - Aile de Sceaux - Observatoire BBC
    Agence Pierre BORTOLUSSI
  • Réhabilitation Ecuries de Versailles - Aile de Sceaux - Observatoire BBC
    Agence Pierre BORTOLUSSI
Réhabilitation Ecuries de Versailles - Aile de Sceaux
Type bâtiment
Tertiaire - Public
Ville
Versailles
Code postal
78646
Zone climatique
H1a
Altitude
132 m
Travaux
Rénovation - RT ex
Fiabilité
En cours de certification
Niv. énergetique
Effinergie Patrimoine, BBC-Effinergie Rénovation
Construction
1681
SDP
3 697 m² du bâtiment
Surface
3 697 m² du projet
Usage principal
Immeuble Bureaux
Consommation
67,89 kWh/(m².an)
Descriptif
Critères Effinergie
Acteurs
Système Constructif
Equipement
Energie
Carbone
Patrimoine
Descriptif
Ce projet concerne la réhabilitation basse consommation de l'aile de Sceaux des écuries du château de Versailles construite à la fin du XVIIe siècle. Ce bâtiment étant engagé dans une démarche de labellisation Effinergie Patrimoine, cette réhabilitation est à la fois performante énergétiquement et qualitative architecturalement.

En ce qui concerne l'enveloppe du bâtiment, les murs sont en calcaire tendre de saint-Leu d'une épaisseur allant de 0,37 cm à 1 mètre d'épaisseur. Ils ont été isolés par l'intérieur, soit avec un enduit chaux chanvre d'une épaisseur de 6 cm soit par 20 cm de béton de chanvre. La toiture a également été isolée, soit par soufflage de 50 cm de ouate de cellulose dans les combles perdus, soit par l'installation de panneaux de 30 cm d'épaisseur, constitués de laine de roche ou de coton recyclé. Les planchers bas sur sous sol ou sur terre-plein n'ont pas été isolés. Les fenêtres existantes ont été remplacées par des menuiseries patrimoniales en chêne composées de petits bois et de double vitrages fins 4/6/4 à lame d'Argon.

Côté équipements, le bâtiment est raccordé à un réseau de chaleur urbain dont le taux d'ENR est de 0% et l'émission de chaleur se fait par radiateur à eau chaude et ventilo convecteurs. La production d'ECS est assurée par des ballons électriques au plus près des points de puisage (moins de 3 litres d’ECS entre le ballon et le point de puisage). L'installation d'une CTA de type double-flux avec une efficacité de l'échangeur de 80% permet un renouvellement de l'air intérieur performant.

Au final, le bouquet de travaux proposé a permis de diviser les consommations énergétiques par un facteur 3,4 et les émissions de GES ont été diminuées à 8,4 kgeqCO2/m².an. Cette fiche présente les solutions techniques et économiques retenues par le maître d'ouvrage.


Critères Effinergie
Périmètre Etude
Respect RT-Ex
Oui
 BBC-Effinergie Rénovation
Qualité de la construction
Perméabilité bâti
1,7 m³/(h.m²) sous 4 Pa
Sobriété & Efficacité
Consommation énergétique 
67,89 kWh/(m².an)
Gain énergétique, facteur :
3,4
Acteurs
  • Maître d'ouvrage
    OPPIC
    30 rue du Château des Rentiers 75013 Paris
    contact@oppic.fr
    01 44 97 78 02
  • Architecte
    Agence Pierre BORTOLUSSI
    8 Avenue Jean Lurçat 78330 Fontenay le Fleury
    agence@bortolussi.fr
    01 30 07 11 61
  • Bureau d'études thermiques
    ACTIF
    18 Boulevard de la Mer Caspienne 73374 Le Bourget du Lac
    actif@actif-enr.com
    04 79 60 53 82
  • Bureau d'études thermiques
    IMPACT
    84 Bvd du Général De Gaulle 59100 Roubaix
    secretariat@impact-ing.com
    03 74 09 45 50
  • Certificateur
    Certivéa
    4, avenue du Recteur Poincaré 75016 Paris
Système Constructif
Murs extérieurs
Murs extérieurs
R = 
1 (m².K)/W
R = 
1.5 (m².K)/W
Murs en calcaire tendres de saint-Leu de 1 mètre d'épaisseur, isolés par l'intérieur avec un enduit chaux chanvre d'une épaisseur de 6 cm.
R = 
0.4 (m².K)/W
R = 
2.9 (m².K)/W
Murs en calcaire tendres de saint-Leu de 37 cm mètre d'épaisseur, isolés par l'intérieur avec 20 cm de béton de chanvre.
Toiture
Toiture
R = 
0.1 (m².K)/W
R = 
12.5 (m².K)/W
Plancher sur combles perdus, isolé par 50 cm de ouate de cellulose soufflée.
R = 
0.2 (m².K)/W
R = 
9.1 (m².K)/W
Rampants isolés par 30 cm de laine de roche ou de laine de coton recyclé (R=8,75 m².k/W)
Plancher
Plancher
R = 
1 (m².K)/W
R = 
1 (m².K)/W
Plancher bas sur sous sol non isolé
R = 
0.9 (m².K)/W
R = 
0.9 (m².K)/W
Plancher bas sur terre-plein sol non isolé
Fenetres
Fenêtres/Porte-Fenêtres
Ujn = 
2,44 W/(m².K)
Menuiseries en bois de chêne avec petits bois et double vitrages fins 4/6/4 à lame d'Argon
Ujn = 
2,49 W/(m².K)
Menuiseries en bois de chêne avec petits bois et double vitrages fins 4/6/4 à lame d'Argon

Surface vitrée
16,38 % de la surface utiles ou habitable
Déperdition du bâtiment
Répartition des déperditions
Etanchéité à l'air
Valeur Q4
1,7 m³/(h.m²) sous 4 Pa non confirmée par la mesure
Equipement
Chauffage
Chauffage
Générateur
Bâtiment raccordé au réseau de chaleur - Puissance de la sous-station: 400 kW - Isolation du réseau primaire de classe 4 pour les réseaux hors volume chauffé, et de classe 2 sinon. Part ENR: 0%
Emetteurs
Émission par radiateur à eau chaude et ventilo convecteurs
ECS
ECS
Générateur
Production d'ECS par des ballons électriques au plus près des points de puisage (moins de 3 litres d’ECS entre le ballon et le point de puisage)
Cette production est assurée par 29 chauffe-eaux électriques selon la répartition suivante : 26 ballon de 30 litre et 3 ballons de 100 litres.
Ventilation
Ventilation
Système
Installation d'une CTA de type double-flux avec une efficacité de l'échangeur de 80%
Eclairage
Eclairage
Système
Puissance installée varie fonction des locaux:
- Accueil et circulation : 4,4 W/m² avec marche et arrêt automatiques par détection de présence et absence et gestion en fonction de la lumière du jour (allumage et extinction automatique en fonction de seuils)
- Sanitaire s: 6,9 W/m² avec marche et arrêt automatiques par détection de présence et absence
- Bureaux : 6,9 W/m² avec interrupteur manuel marche/arrêt et gradation automatique assurant éclairement constant
- Atelier : 5,9 W/m² avec interrupteur manuel marche/arrêt et gradation automatique assurant éclairement constant
- Stockage : 4,4 W/m² avec marche et arrêt automatiques par détection de présence et absence
Refroidissement
Refroidissement
Générateur
Rafraîchissement production d’eau glacée via un Groupe d’Eau Glacée (GEG) - Puissance calorifique: 50 kW, EER PAC: 2,5)
Emetteurs
Émission par soufflage d'air froid via des ventilo-convecteurs
Energie
Consommation avant/après travaux

en kWhep/m².an
Consommation énergétique
en kWhep/m².an
Consommation après travaux
en kWhep/m².an
Carbone
Décomposition des emissions de GES en exploitation
en kgCO2/m².SdP
Patrimoine

Patrimoine

L'aile de Sceaux fait partie des petites écuries royales de Versailles édifiées de 1679 à 1682 par Jules Hardouin-Mansart. La grande écurie accueillait les chevaux de selle et abritait une école de dressage ; la petite écurie regroupait les chevaux de trait. Véritables palais équins, elles constituent un élément du dispositif urbain versaillais permettant aux avenues de converger vers le château. Ces bâtiments parfaitement symétriques et réguliers ne laissent pas transparaître les dispositions intérieures qui répondaient à des fonctions diverses.

L'activité équestre est maintenue tout au long du XIXème siècle par l'armée qui occupait les bâtiments jusqu'en 1966. L'état des bâtiments justifie une importante campagne de restauration menée par l'architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, Pierre Lablaude. De nouveaux programmes sont envisagés pour assurer la pérennité des bâtiments et les grandes et petites écuries, divisées entre plusieurs administrations. L'école d'architecture de Versailles et le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) s'installèrent dans la petite écurie. L'aile de Sceaux est occupée entièrement par le C2RMF tandis que l'aile de Paris est partagée avec l'établissement public du château de Versailles (EPV).

L’ensemble des bâtiments de la petite écurie est classé au titre des Monuments Historiques, d’abord sur la liste de 1862, puis par arrêté du 20 août 1912, et enfin par arrêté du 16 septembre 1929. Le centre a pour mission « de mettre en œuvre, en liaison avec les conservateurs responsables des collections, la politique de la direction des musées de France en matière de recherche, de conservation préventive et de restauration des collections des musées de France (…) »

Les aménagements réalisés dans les années 1980 sont vieillissants et ne sont plus adaptés aux conditions de travail actuelles, ni à l’accueil des collections des plus grands musées de France. Dans le cadre de la rénovation de ces locaux, le C2RMF a mené une réflexion globale prenant en considération l’évolution des métiers et des modes de travail, ainsi que l’adaptation aux nouveaux besoins pour établir une programmation exigeante. L’orientation retenue vise à organiser les locaux en pôles mutualisés pour rationaliser l’occupation des ateliers, ainsi qu’à optimiser les conditions d’accueil et le circuit des œuvres.

Ces orientations ont conduit à regrouper dans l’aile de Sceaux les activités de restauration liées aux œuvres. L’aile de Paris sera uniquement dédiée à des espaces de type tertiaire.

Les pavillons et la façade sur la cour d'honneur du corps central sont entièrement construites en pierre de taille. Sur l'avenue de Sceaux, la façade du corps central présente une construction mixte avec pierre de taille en corniche, bandeaux, soubassement et encadrements de baies, et tables de briques.

L’ensemble des toitures a été refait en totalité entre 1965 et 1970 par Pierre Lablaude et les derniers grands travaux datent de 1970 et 1999. Les toitures sont à terrassons et brisis en ardoise posée au crochet en cuivre, la ligne de bris est marquée par un membron en plomb. Des tables en plomb moulurés marquent les angles sortants au droit du membron. Les noues ouvertes sont en plomb ainsi que les chéneaux et les couvertures des lucarnes. Les descentes des eaux pluviales sont en fonte. Les charpentes en chêne de fortes sections ont été conservées sur les pavillons et refaites en béton jusqu’au brisis, avec fermes de chêne neuves dans la hauteur du terrasson pour le corps central.

Les menuiseries de fenêtres de la petite écurie ont été remplacées à neuf par Pierre Lablaude dans les années 1960/1970. Les modèles retenus sont probablement ceux de la fin de l’Ancien Régime. Les menuiseries existantes sont toutes en chêne, les fenêtres ouvrant à la Française, à noix et gueules de loup, aux petit-bois à demi-ronds et carrés suivant le profil type de la fin du XVIIème siècle.

Parmi les espaces de grand intérêt patrimonial on référence l'escalier du corps central (Escalier A) et les salles des colonnes.